Un drôle de voyage

Le froid tombait dehors et moi dans l’ennui Nous étions de visite chez pépé et mamie et pourtant, du haut de mon jeune âge, quatre murs, ce n’est pas un paysage. Voyant cela, une voix tonna. On irait ramasser des chats teignes, avait dit le colosse qui me servait de pépé. Je me gausse. QuellePoursuivre la lecture de « Un drôle de voyage »

Publicité

Petit hêtre.

On y arrive par un chemin blanc, le cerfeuil sauvage y fait pétiller le mois de mai comme autant de bulles de champagne. Deci, delà, des alliaires, de la consoude, des stellaires, une orchidée parfois aussi. Des plantes qu’on ne regarde plus, masquées d’ordinaire.

Anémo

Depuis que je t’ai vue, je ne me souviens plus
où j’habite ni ce que je fais. Je suis en orbite.
Je me souviens juste, qu’alors, il avait plu.
Je me souviens juste, qu’alors, j’étais en déficit.

Ritournelles

Comment un esprit obnubilé par la liberté peut-il être qualifié de borné ?

Aralia

Un couteau, un rite de passage, une main-soleil.

Perdurer

J’ai dû faire ce chemin un bon milliard de fois.