Une poignée de graines

L’enfant est le père de l’homme William Wordsworth Parfois, la vie tient à un coup de sifflet. Le sifflet d’un train, le sifflet d’un arbitre, le sifflet du maître qui rappelle son chien et tellement d’autres encore. Je vis dans une maison de banlieue avec Maman, Papa et mon petit frère Léo. Maman me ditPoursuivre la lecture de « Une poignée de graines »

Publicité

Si tu ne sais pas où tu vas, le lecteur non plus.

Quand j’ai commencé à écrire, j’écrivais surtout pour extraire les mots, les sortir de moi. J’ai mis du temps à le comprendre, mais ce qui se retrouvait sur la feuille, c’était une multitude de petits coffres dont moi seul avait la clé.