éclat

j’ai souvent tutoyé la solitude et te voilà dans éclat de rire me disant qu’il n’y a rien de pire que d’être seul et que rien n’élude la tristesse si ce n’est la prendre à bras-le-corps étouffer les remords et ne pas être bégueule Soit heureux puisque tu es et c’est ça qui te rendPoursuivre la lecture de « éclat »

Publicité

Suffisance

La seule réponse intelligente face à un idiot ressemble trop souvent au silence ….

Allez savoir

Le silence d’un sage n’est-il pas plus éloquent que les discours des plus grands orateurs ? Car au final, le silence sonne vrai

Bis répétita

l’euphorie des premiers jours laisse place à une monotonie assassine. Est-il possible de renouveler une vie déjà cent fois vécue ? Et si ce n’est que dans les rêves que ma vie semble réelle ? Est- il plus judicieux de dormir debout ?

Fierté amère

Tu te disais: »Elle est comme les autres » Tu n’y croyais pas quand elle disait: »nôtre » Tu pensais être de la race De ceux qui ont un tableau de chasse Tu te la jouais grosse tête ou gros bras Et tu peux me dire pour qu’elle résultat ? Maintenant t’as gagné, elle est partie Tu te retrouvesPoursuivre la lecture de « Fierté amère »

Âme

Les larmes sont le sang de l’esprit C’est, du moins, ce qu’on m’a dit C’est amusant, en fait Comment aurais-je pu deviner Que cette sécrétion lacrymale Anodine autant que banale N’était autre que le cri déchirant Que l’appel au secours D’une âme Qui n’a plus d’autres recours Quand les mots ne sont plus suffisants. EtPoursuivre la lecture de « Âme »

Prison tactile

Messieurs, Mesdames je vous le dis Cette fin de siècle me paraît néfaste, non Pas pour le devenir du monde, non Seulement j’entends un murmure, un son Sans, pour autant, pouvoir vous préciser son nom Mais se sera la fin des rêveries Les derniers romantiques seront morts L’ordinateur sera roi, il décidera de notre sortPoursuivre la lecture de « Prison tactile »

En suspend

Le temps passe et s’enfuit Est-ce là, le résumé de toute une vie ? En si peu de temps ? En si peu de moments ? En si peu de souvenirs ? Est-ce là tout ce qu’il y a en dire ?

Cruel Morphée

Aurais-je une chance ? Dis le moi mon coeur me lance Mes sentiments restent inchangés N’ais-je fait que rêver ? Mais ce rêve est si doux Il me berce sans à-coup Cette douce rêverie pourrait-elle Se métamorphoser ? Ou restera-telle ainsi ? Une simple chimère, une utopie